Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Articles de presse d' Alain Tourre correspondant local aux DNA

Pêche d’ouverture dans l’étang "Aux 7 chênes" réaménagé

15 Mars 2016 , Rédigé par Alain Tourre Publié dans #Pêche

Les premiers pêcheurs de la saison ont apprécié les nouvelles berges de l'étang
Les premiers pêcheurs de la saison ont apprécié les nouvelles berges de l'étang

Malgré le froid vif de ce dimanche matin qui régnait aux abords de l’étang de pêche « Aux 7 chênes » de Nambsheim, plusieurs dizaines de mordus de pêche en eau douce sont venus taquiner les truites lâchées spécialement pour cette journée d’ouverture.

Près de 70 bouchons se sont retrouvés dans les eaux de ce magnifique étang dont les berges, cet hiver, ont fait l’objet d’un important réaménagement lui donnant une nouvelle jeunesse. Comme tous les ans, Pierrot Kauffmann, président de l’association de pêche, et les membres de l’association ont déployé tous leurs efforts pour que cette journée soit une réussite. En effectuant un important alevinage en truites, moyennes et grosses, les organisateurs ont permis à tous les pêcheurs de repartir satisfaits de cette journée. Boissons et casse-croûte étaient à disposition pour étancher les soifs et remplir les estomacs entre chaque manche.

Un étang entièrement réaménagé

 

C’est un ancien bras morts du Rhin que la commune de Nambsheim, a entrepris de renaturer dans sa forêt située à 6 km au nord-est du village. C’est là que se trouve l’étang de pêche Aux 7 chênes, portion d’un ancien bras mort du Rhin creusée et aménagée dans les années 1980. Situé dans la continuité de l’étang,  celui-ci n’était plus en eau mais envahi par une végétation abondante. L’objectif de cette renaturation était de le restaurer sur une longueur de 250m et 8 à 15m de large, de créer une zone de hauts-fonds pour accueillir une roselière de 800 m2 et de restaurer une partie des berges de l’étang. L’ancien bras mort a été débarrassé de la végétation et creusé à certains endroits pour obtenir un réseau de mares fonctionnelles que pourraient potentiellement coloniser une dizaine d’espèces d’amphibiens. La roselière installée à l’extrémité ouest du l’étang offrira une zone de refuge où les libellules, batraciens, oiseaux et mammifères y trouveront des lieux propices pour se nourrir, se reproduire, élever leurs petits ou se protéger des prédateurs. Les berges de l’étang ont été reprofilées pour réduire leur pente trop abrupte et les stabiliser, ces dernières étaient fragilisées par les variations du niveau de l’eau. C’est l’entreprise Nature & Techniques de Muttersholtz qui a réalisé l’ensemble de ces travaux qui viennent de se terminer pour l’ouverture de la saison de pêche 2016. Les pêcheurs disposent maintenant d’un étang relooké qui devrait accueillir un public plus nombreux. La commune de Nambsheim est maître d’ouvrage de ce projet qui s’élève à 72000 €. Outre la multitude d’avantages qu’offrent les zones humides, épuration de l’eau par filtration naturelle, alimentation en eau de la nappe phréatique, réintroduction d’une biodiversité qui avait disparu, ce milieu constitue un patrimoine naturel qu’il est important de sauvegarder et de transmettre aux générations à venir.

Pour les amateurs de nature, de tranquillité et de pêche, l’étang, situé à 6 km au nord-est du village en bordure de la route D52, dans un cadre verdoyant, agréable et ombragé, sera ouvert tous les dimanches ainsi que le lundi de Pâques, de 8h00 à 18h00 jusqu’à sa fermeture, le 9 octobre prochain.

Réseau de mares dans l'ancien bras mort réaménagé

Réseau de mares dans l'ancien bras mort réaménagé

Les anciens bras morts du Rhin

Avant les travaux de régularisation de ses eaux pour protéger les villages des crues dévastatrices, gagner des terres agricoles et permettre l’essor de la navigation commerciale le Rhin divaguait et parsemait de nombreux bras dans la plaine alluviale. La faune aquatique et les espèces bordant le cours d’eau trouvaient là un terrain favorable à leur développement. Suite aux réaménagements du lit du fleuve au 19e siècle en un trajet plus rectiligne en comblant les bras, coupant ses méandres et en créant des digues de protection, les forêts rhénanes, partiellement déconnectées du fleuve, ont commencé à s’assécher. Certains milieux naturels humides ont même complètement disparu depuis la construction et la mise en service du canal d’Alsace au 20e siècle.

Partager cet article

Commenter cet article